EASTER

7903880-Different-handmade-painted-easter-eggs-from-Romania-Stock-Photo

Romanians are great artist and around Easter time you will see these fantastically hand painted eggs at markets. Here are pictures from my album:  Easter eggs

Below are three  beautiful stories about Easter in Romana.

Easter by Mihai Leonescu : https://storify.com/ErasmusHouse/easter-in-romania

Easter by Elisabeta Iosipescu

Have you ever thought of something that could change the normal path of the real world? Have you ever thought of going back in time for real?  Sometimes I do; I just open my mind’s eyes and travel back in time. I love to remember my amazing childhood vacations spent at my grandparents in Transylvania in a small village, named Vale (Valley), Cluj County. That was such a vibrant time, beautiful days, when with my cousins and friends played in the fields and forest, building tree houses or going fishing, but also helped  with gardening, chores in the yard, feeding the chickens or cows.

And we absolutely enjoyed the beautiful holidays’ celebrations. What a wonderful time we spent during Spring vacations when we celebrated Easter!  It feels so good just to remember how we waited to get into all the Easter Holiday traditions. We celebrated and followed the Romanian traditions, but my grandparents’ village had its own special event just for the children, as well.

The village has a beautiful wooden church, build in 1904 on a hill with a great forest. Easter day morning was the children’s time at church. The priest allowed us to go and play inside the church and outside in the yard. Just imagine how much fun we had to be “the owners” of the church for half a day. Well, we had only one restriction, which we obeyed with sanctity: we were not allowed to go inside the altar. Otherwise, we could pull the church bells, played games or run around the church or pick up flowers from the hill.  

My grandparents and neighbors made sure they kept all the Romanian Easter holiday traditions:

1. Get new clothes

2. Fast for 7 weeks before Easter, eating traditional Romanian vegetarian meals

3. Participate at the midnight Easter religious service

4. Decorate Easter Eggs and Easter traditional meals

5. The Watering Tradition

6. The Small Fountain Tradition

 

 1. Get new clothes

One of the main rules of Easter time was to get new clothes. I loved the nice spring day, when the nature just revived, people dressed up in new outfits as well. I remember when one time my mother made me a beautiful red skirt. I enjoyed it so much. It was inaugurated at church, the Easter Day.

 

2. Fasting for 7 weeks before Easter. Traditional Romanian vegetarian meals

 I so much miss my grandma’s delicious meals, even the “fasting foods”. Fasting in the Romanian tradition meant no dairy, eggs or meat for 7 weeks before Easter evening ceremony. The body got purified before getting the Easter communion.  Therefore, almost every family of the village had at least several days of fasting time or the entire 7 weeks. They cooked the mashed beans with fried onions on top, vegetables soup, potatoes salad, mamaliga (polenta) with silvoita (gem). Silvoita is a special plum gem where no sugar is added. Tomatoes’ stew, made with tomatoes pasta, onion, flower and some spices. 

 

3. Participation at the midnight Easter religious service

What a special time we had when together with my grandma’ and cousins got flowers from our garden and prepare the food Easter basket for the blessing at church. I remember what a nice walk we had together from the house to church. On our way we met other people and we were happy to go together. All villagers gathered at church for the Easter liturgical ceremony. According to the tradition, at midnight, the priest exits the church with candles, from which everyone’s candle is lit. Then, headed by the priest, the believers process around the church three times, singing “Christ is risen”. The service continues in church with the communion and the sanctification of the baskets with painted eggs, cake, steak and other Easter dishes. After the service, it gives absolution to sweet, marking the end of fasting, so sanctified victuals can be eaten. Sunday at noon, the believers are invited to the church for the service known as “Second Resurrection”, which will be read in 12 languages verses 19-25 of Chapter XX of the Gospel of John.     

.4. Easter Eggs and Easter traditional meals

The most interesting tradition of Easter is the eggs’ decoration. In Romanian we say “incondeierea oualelor”. A special instrument is used to decorate them. It takes the form of very thin and round stick, called “chisita”. This is used to decorate different motifs with melted wax on the egg shell, after the eggs are emptied of their content. In the Romanian tradition, the most decorative motifs for the Easter eggs are: the cross, the lost path, the fir or oak leaf, various plants or animals.

           Another way of painting the eggs in Transylvania in my grandma’s village was dyeing with red dried onion leaves water. It was so much fun to help grandma’ to decorate them with this healthy method. We used different small plants, which we put on the eggs. Then, with the help of a thin fabric each egg was placed in boiling water which was already dark red because of the onions’ leaves. When we took them out, the shape of the plants remained on the egg.

            Another part of the tradition related to the eggs is knocking the eggs until the third Easter day. As soon as the religious service of the night or Resurrection was over, everyone was allowed to knock the eggs in pairs. The first ones to knock their eggs were the grandparents and parents, one to the other, then the children to the parents and then the other relatives and friends. It was so much fun to knock the eggs with my friends and cousin. According to the tradition, whoever’s egg didn’t cracked was considered stronger and the winner.  

Besides the beautiful colored decorated eggs, we had special dishes at our Easter table. I loved the great food that my grandma’ and other ladies from the village cooked. I also loved their community way of cooking and baking. How nicely they exchanged or borrowed different spices, flour or other cooking instruments. I remember my grandma’s brick oven. Many neighbors came to bake their cakes and bread there.

One of the best and most popular cakes is “Pasca”. It is bread and cheese baked on Great Thursday. It usually has a round shape. The “cozonac” is an absolute lovely sweet cake made with poppy seeds or walnuts. Another important part of the traditional meal are the dishes made with lamb, like: “drob”, fried lamb or soup with sour dock.

  

5. “The Wetting” Tradition

According to the tradition, on Monday morning, the boys go to the unmarried girls with a bucket of water. If the girls sleep, the boys throw water on them. As it is believed that those girls will marry soon, they reward the boys who had wetted them by giving them the most decorated eggs and “pasca” or cake. In some places, the boys take them to the fountain or river, where they wet them, even throwing them in the water.

In the city the water was changed with perfume. When I spent few Easter celebrations in the city being a teenager, I remembered that by the end of the day I smelt like a perfume store :-).

  

6. The Small Fountain Tradition  

In some parts of Transylvania, on the Friday before Easter week, water springs are searched for, wells are built and cleaned. All these are done as it is believed that those springs and fountain will have plenty of water and won’t dry. I guess my grandparents’ fountain was built this way because it has so much water that even neighbors come to get it every time.  

  

There are many other nice stories to tell about the Romanian Easter. I can guarantee that whoever wants to spend this time of the year in Transylvania or Maramures or Bucovina or any other region of Romania would be delighted by the beautiful traditions, delicious food and great people’s hospitality.

 

 

For those of you who read French, here is a beautiful text about spring and Easter in Romania, written by Belgian journalist Eric Valenne.

Roumanie, le printemps en fête…

Mosaïque de paysages et d’ambiances à découvrir en toute saison, la Roumanie est généreuse en rencontres et ambiances à vivre. Le printemps et les fêtes de Pâques y offrent des moments rêvés pour la parcourir, depuis les monastères du nord jusqu’au delta du Danube 

J’avais deux buts dans ce voyage, même trois : profiter du printemps pour vivre la fête de Pâques dans un monastère du nord du pays au cœur de la région historique de Moldavie et faire un saut de puce à l’ouest pour admirer les églises peintes de Bucovine. Ensuite, filer dans le delta du Danube pour une immersion en pleine nature à la rencontre des oiseaux et des paysages de ce paradis de biodiversité. Je fus comblé dans mes trois souhaits. Dès mon arrivée à l’aéroport de Bacau au nord du pays, près de la frontière avec l’Ukraine, direction Suceava puis Văratec. Tout au long de la route, le printemps a déjà coloré les villages et les vergers de rose et de blanc. Dans le bleu du ciel, les cigognes tournent comme des messagères. Dans les feuillages et les jardins, la nature est égayée par les oiseaux qui gazouillent comme des fous. A l’horizon, la ligne blanche des Carpates trahit l’hiver qui s’attarde encore sur les sommets de ces énigmatiques montagnes. Ici, en plaine, les villages se sont paré de leurs plus beaux atours: Pâques approche et va bientôt égayer le pays de ses fleurs et de ses ambiances printanières. Partout, des décorations, des maisons fleuries, des guirlandes. Pâques est la plus grande fête annuelle en Roumanie, davantage célébrée que la Noël…

Văratec, monastère de nonnes

Alors que je ne suis pas religieux pour un clou, j’apprécie les endroits empreints de mysticisme pour leur beauté, leur sérénité, leurs couleurs, leurs vibrations, leur art, leurs fêtes. A vivre en immersion pour mieux découvrir une région et une culture. Et pour mieux me plonger dans quelques ambiances à photographier également. Me voici donc arrivé au monastère de Văratec. C’est une roumaine, agent de voyage et guide qui connaît ce pays comme sa poche, Luciana, qui m’a conseillée cette étape originale dans ce monastère de moniales dont elle connaît personnellement la sœur principale, Josephina qui fêtait ses 50 ans ce dimanche de Pâques. Les lieux disposent d’une petite structure hôtelière dédiée aux pèlerins et passionnés de ce genre de tourisme avec quelques chambres et un petit restaurant. L’enceinte qui fait le tour du monastère lui donne l’apparence d’une fortification par laquelle on entre via un grand porche blanc. Au milieu d’un jardin trône une splendide église avec de hauts clochetons. Autour, quelques jolis bâtiments conventionnels à arcades vêtus de pierre et de bois. Ajoutons des vergers, des potagers, des jardinets entourés de petites barrières qui donnent aux lieux un aspect coquet. Dans l’église, les psaumes de Pâques sont chantés en permanence par de jeunes sœurs toutes de noire vêtues avec un couvre-chef digne du moyen-âge. Les lieux se préparent à la veillée de Pâques avec une effervescence tranquille. Les œufs sont peints de toutes les couleurs, les festins sont préparés, les guirlandes de fleurs dégringolent des fenêtres. En plus de Văratec où je séjourne quelques nuits pour visiter la région, de nombreux monastères hébergent les visiteurs dont certains assistent aux célébrations et vivent ces moments festifs. Il est vrai que les églises orthodoxes ont comme particularité d’être un peu comme des moulins où tout le monde entre et sort à sa convenance, fait son tour des icônes préférées, signes de croix et génuflexions à la clef. Un billet de banque est souvent déposé dans une urne. Lors de la veillée de Pâques, la nuit du samedi, les cérémonies trouveront leur apothéose vers minuit quand les popes mettent la flamme au cierge pascal à la source duquel chacun vient allumer le sien. Dans l’air pur et le tintamarre des cloches, une procession fera le tour de l’église en présence d’une foule considérable. Puis viendra le dîner nocturne avec de nombreux convives tandis que se poursuit imperturbable, l’interminable messe de Pâques jusqu’à l’aube… et dans le brouhaha discret où chacun entre et sort comme il le souhaite. A cela s’ajoute le « chant » magnétique des jeunes nonnes et leur musique sacrée au plus profond de la nuit. Le lendemain, ce sera dans les familles le jeu de l’œuf où s’entrechoquent deux œufs colorés: celui qui reste intact a gagné. Puis les repas de fêtes accueillent amis et voisins. Au menu : gâteaux pasca ou cozonac ainsi que sarmale et autres « miel la cuptor » (plats à base de viande hachée ou d’agneau)… Le tout arrosé de petits alcools. Forts, très forts. Toute remplie de bonne humeur à l’aune du printemps qu’elle célèbre, cette période de douceur et d’amitié est un moment faste où la population roumaine (à 85% orthodoxe) revêt son costume régional et s’en va souhaiter à tous: « Hristos a înviat! » (Christ est ressuscité !) Et ce, au téléphone, au marché, à la station essence… A qui les gens répondent: « Adevarat ca a inviat ! » (oui, il l’est vraiment!).

Au nord, la Bucovine

Direction le nord pour découvrir cette région riche en monastères aux fresques magnifiques, la Bucovine. La route qui y mène, quasi à la frontière avec l’Ukraine, traverse des villages en fête. Parfois décrépis avec leurs palissades en bois délabrées, parfois cossus et fleuris autour de leur église à bulbes, ils racontent vaille que vaille la Roumanie de toujours, un peu celle des romans de Virgil Gheorghiu, entre guerres et paix, espoirs et bouleversements. Me voici donc en Bucovine, une terre mystique avec de nombreux monastères édifiés au moyen-âge au milieu des collines et des forêts. De nombreuses fresques aux allures de livres d’images racontent les scènes de la bible : jugement dernier, vie des saints, passion du Christ avec les arbres de Jessé et moult autres scènes historiques, parfois folkloriques… De véritables merveilles. Les plus visitées sont celles de Putna, Sucevita, Dragormirna, Humor, Moldovita et Voronet… Pâques se poursuit à la folie, entre cérémonies à tout-va, pique-niques,  bénédictions à coups d’encensoirs, chants et costumes nationaux portés par tous, petits et grands. Et toujours ces chœurs mystiques à la beauté sidérante.

Delta du Danube

Dernier chapitre et but initial de mon voyage : le delta du Danube et les rives de la Mer Noire. A cinq cents kilomètres, la route qui se dirige vers ce bout du monde me mène le plus à l’est de l’Europe et se termine à Tulcea. Il me faudra prendre un bac pour un saut de puce vers Murighiol. Là-bas, terminus et hop, me voilà à bord d’une barque à moteur. Avec armes et bagages, direction le petit bateau-hôtel « King Fisher » où je vais loger et découvrir les secrets du delta. La nuit est tombée, des myriades d’étoiles au firmament offrent un spectacle comme on n’en voit que dans les déserts ou sur les îles perdues, loin de toute pollution lumineuse. J’ai peine à reconnaître les constellations tant le noir d’encre est piqueté de points lumineux. La barque à moteur glisse dans la nuit durant une quinzaine de minutes. Le chant de myriades de grenouilles répond aux milliards de scintillements. Envoûtements célestes et magiques. Moments inoubliables. Le matin ressemblera à un début du monde avec les coassements qui s’estompent tandis que débutent les vocalises des rossignols, génies en improvisations mélodieuses. Puis ce seront les coucous qui vont sonner des heures improbables. Les autres passereaux s’y mettront tous, comme pour rappeler que c’est leur domaine et que 300 espèces de volatiles de toutes les couleurs s’ébattent dans les parages, réserve de Biosphère. Enfin, le soleil perce la brume derrière les arbres et les roseaux. Premier matin sur le delta. Le propriétaire du bateau et guide s’appelle George Panai. Il est roumain et ingénieur chimiste mais il a tout plaqué pour vivre sa passion pour le delta, la nature, l’ornithologie… Il parle parfaitement le français et va me guider dans les méandres et les coins les plus secrets de cette Amazonie européenne qu’il connaît comme sa poche. 

Paradis lacustre

Ce paradis naturel s’est créé là où le fleuve Danube termine son long voyage de 2.860 km depuis sa source en Forêt-Noire. C’est un éden pour les oiseaux… et les ornithologues. Des raretés colorées côtoient les emblématiques pélicans et quelques stars photogéniques comme les guêpiers et martins-pêcheurs, spatules, cormorans, aigrettes, ibis, rolliers, échassiers et passereaux. Tous les ramages et plumages vont faire tourner les pages de mon guide « Peterson ». Bien assis dans le vaisseau explorateur, une barque de bois avec un bon moteur, je vais immortaliser de nombreux oiseaux… Les sorties se font plusieurs fois par jour pour des prises de vues en tous genres avec des phases d’approche plus ou moins fructueuses ou… ratées. Les paysages livreront une infime partie de leur bestiaire à plumes colorées. Des grenouilles, des libellules, des fleurs de toutes les couleurs s’ajoutent aux bouquets naturels. Des forêts impénétrables, des méandres impossibles au cœur d’un lacis d’eaux et d’étangs perdus cernés de joncs et de roseaux géants cachent des nénufars et des iris jaunes. Chaque coin de marais offre ses tableaux, entre roselières et forêts inondées. Les silences ou les concerts de la nature alternent pour l’éternité… Tantôt un tunnel de verdure sous la voûte des arbres me rappelle la Guyane ou une mangrove tropicale. Plus loin, un étang s’ouvre entre deux forêts traversées par un bras d’eau qui permet d’admirer un envol d’aigrettes ou de pélicans. UN univers à sauvegarder pour l’éternité.

Pêches miraculeuses

Tandis que le bateau Kingfisher reste amarré au bord d’un bras du fleuve, ma chasse d’images ou ma pêche, c’est selon, nous emmènent George et moi, à la découverte des hôtes du delta. De temps en temps, une barque de pêcheurs passe et son long sillage joue avec les reflets. Nous nous arrêtons ici et là pour une balade ou discuter avec quelques villageois. De temps en temps, George qui est plutôt taiseux me pointe du doigt un oiseau que je n’ai pas encore vu. Ou bien s’arrête dans un endroit secret pour relever un filet de pêche dans lequel l’énorme poisson qu’il sort sera dégusté ce soir avec un petit blanc… Bref, ces quelques jours passés dans le delta m’ont ébloui. Mes soirées culinaires (à bord, Mirtha prépare une cuisine divine pour les hôtes) complètent le bonheur d’une journée à observer une nature de rêve. Après un coucher de soleil inoubliable, en sirotant l’apéro, je revois les prises de vue du jour. Mon tableau de chasse en quelque sorte. Pendant ce temps, un dernier vol d’échassiers longe un bras du fleuve. Les grenouilles préparent leurs vocalises pour un nouveau concerto nocturne pour croassements et orchestre. La voie lactée est au rendez-vous.